Spread the love
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Alors que l’épidémie de Covid-19 est partie de Chine, le régime cherche aujourd’hui à se poser en modèle dans la lutte contre le virus. Pékin propose notamment une assistance médicale aux pays touchés dans le monde et vante les mesures strictes appliquées sur son territoire.

Pourtant le bilan officiel des malades et des morts – très inférieur aux chiffres enregistrés dans plusieurs pays européens – est de plus en plus contesté par de nombreux observateurs.  

Alors que le pays sort progressivement de deux mois de quarantaine, que savons-nous de la situation post-confinement en Chine ? 

Pour en parler, nous sommes en liaison avec Alice Ekman, analyste responsable de l’Asie à l’Institut européen des études de sécurité de l’Union Européenne, et autrice de « Rouge vif : l’idéal communiste chinois » qui vient de paraître aux éditions de l’Observatoire. 

Une communication trop tardive ?  

” Il est certain qu’il y a eu un temps de réaction entre les premiers cas et la communication officielle de l’épidémie au niveau nationale. On est aussi certain qu’il y a eu un décalage au niveau de l’OMS puisque la Chine était réticente à l’idée de parler de pandémie.”

Il y a toujours cette question sur les chiffres qui est due à la fois au système politique mais aussi à la difficulté de compter en raison de la nature de l’épidémie. Alice Ekman

Un pays loin d’être sorti d’affaire 

” Les usines reprennent leurs activités mais la demande n’est pas au rendez-vous. La Chine demeure une économie fortement tournée vers l’exportation. Si les usines sont en état de marche, elles n’ont pas de clients. Les carnets de commandes sont vides.”

Il y a une inquiétude sur une possible seconde vague. La Chine est clairement pas sorti d’affaire. Selon les autorités ils indiquent que la possibilité d’une nouvelle vague d’infection est assez forte. Alice Ekman

L’économie chinoise dépend aussi fortement de la consommation intérieure qui était en forte augmentation cette dernière décennie. On aurait pu penser qu’il y aurait une vague de consommation après une période si longue de confinement. Ce n’est pas le cas, les restaurants sont relativement vides.”

On est pas encore revenu à la normale. Pour l’instant, il y a un avant et un après. Alice Ekman

Vous pouvez (ré)écouter l’interview en intégralité en cliquant sur le player en haut à gauche de cette page.

Source