Spread the love
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Soutenez-nous, offrez-nous un petit café:)

Buy Me a Coffee at ko-fi.com
Le président égyptien prévient que toute avancée du Gouvernement d’union nationale vers Syrte pourrait mener à une intervention “directe” du Caire. Des propos considérés comme une “déclaration de guerre” par le GNA.

Après la Turquie, un second pays pourrait-il intervenir officiellement en Libye ? Le président égyptien Abdel Fattah al-Sissi a prévenu samedi que toute avancée des forces du «gouvernement d’union nationale» (GNA), soutenues par Ankara, vers la ville stratégique de Syrte, en Libye, pourrait mener à une intervention «directe» du Caire.À lire aussi : Erdogan, sultan de Libye

Depuis la chute du régime de Mouammar Kadhafi en 2011 après une révolte populaire et une intervention militaire occidentale, la Libye est plongée dans le chaos et une guerre protéiforme, complexifiée par la présence accrue d’acteurs internationaux qui agissent néanmoins officieusement, à l’exception, jusque-là, de la Turquie.

En rendant officiel leur soutien au GNA, la Turquie est parvenue à changer la donne militairement sur le terrain. Aidées notamment par la force de frappe des drones turcs, les forces loyales au GNA – basé à Tripoli et reconnu par l’ONU – ont engrangé d’importantes victoires depuis début juin, reprenant le contrôle de l’ensemble du nord-ouest de la Libye. Les troupes rivales du maréchal Khalifa Haftar, homme fort de l’est libyen soutenu entre autres par l’Égypte, n’ont pour leur part cessé de reculer ces dernières semaines, essuyant des revers sur le terrain qui ont signé l’échec de leur offensive sur Tripoli lancée en avril 2019.

Le Caire soutenue Abu Dhabi et Riyad

Les forces du GNA restent néanmoins freinées dans leur avancée vers la ville côtière de Syrte, verrou stratégique vers l’Est et sous contrôle du maréchal Haftar. Ville natale de l’ex-dictateur Mouammar Kadhafi, Syrte, ainsi qu’Al-Joufra plus au sud, représentent une «ligne rouge», a averti M. Sissi, lors d’un discours retransmis à la télévision. Si cette ligne est franchie, la sécurité de l’Égypte, qui partage une frontière poreuse avec la Libye, nécessitera une «intervention directe» des forces égyptiennes dans le pays, a-t-il déclaré.

«Toute intervention directe de l’Égypte est devenue légitime au niveau international, que ce soit au regard de la charte de l’ONU sur la légitime défense ou qu’elle se base sur la seule autorité légitime élue par le peuple libyen: le Parlement libyen», a affirmé M. Sissi. Le président égyptien évoque ici le parlement basé à Tobrouk puis depuis 2019 à Benghazi, en Cyrénaïque.

Élus en 2014, ses parlementaires soutiennent le maréchal Haftar et ne reconnaissent pas les autorités de Tripoli qui disposent de leur propre parlement. «Si le peuple libyen nous demande d’intervenir, c’est un signal envoyé au monde que l’Égypte et la Libye partagent (…) des intérêts communs, la sécurité et la stabilité», a ajouté le président égyptien.À lire aussi : La France contrainte de rebattre les cartes en Libye

Pour le GNA au contraire, il s’agit d’une «ingérence dans les affaires (internes) et une menace grave pour la sécurité nationale de la Libye» et la «paix internationale», a déclaré Mohamad Amari Zayed, membre du Conseil présidentiel du GNA. «Il ne peut y avoir de lignes rouges à l’intérieur de nos frontières et sur nos terres», a-t-il clamé. «Aucune partie étrangère n’aura d’autorité sur son peuple.»

Ankara a de son côté exigé samedi le retrait des troupes du maréchal Haftar de la ville de Syrte comme condition préalable à toute trêve. «Un cessez-le-feu doit être viable (…) ce qui veut dire que les forces de Haftar doivent se retirer de Syrte et d’al-Joufra», a déclaré le porte-parole de la présidence turque, Ibrahim Kalin, lors d’un entretien avec l’AFP à Istanbul. Ces avertissements successifs interviennent après l’invitation lancée par Le Caire, et refusée vendredi soir par le GNA, d’assister à une réunion d’urgence sur la Libye de la Ligue arabe, dont le siège est basé dans la capitale égyptienne.

Tensions entre Paris et Ankara

Le GNA et la Turquie ont fait part de leur scepticisme, considérant l’initiative égyptienne comme une manière de faire gagner du temps au maréchal Haftar, qui est aussi soutenu par les Émirats arabes unis et la Russie. Les Émirats arabes unis ont affirmé samedi être «au côté de l’Égypte pour toutes les mesures qu’elle prend pour assurer la sécurité et la stabilité» face au conflit en Libye, selon le ministère des Affaires étrangères. Le ministère des Affaires étrangères d’Arabie saoudite a lui aussi manifesté son «soutien à l’Égypte quant à son droit à défendre ses frontières et son peuple contre l’extrémisme, les milices terroristes et leurs soutiens dans la région».

Ankara -qui discute également avec Moscou dans le but de parvenir à un nouveau cessez-le-feu en Libye après l’échec de plusieurs trêves précédentes- a tancé la France, accusée de soutenir le maréchal. «Le gouvernement français soutient un chef de guerre illégitime», a dénoncé M. Kalin. «Malgré tout cela, ils (les responsables français, NDLR) continuent de nous critiquer. Mais nous travaillons avec les acteurs légitimes et c’est la France qui travaille avec les mauvais acteurs.»À lire aussi : Libye: pourquoi la Russie et la Turquie s’y intéressent-elles?

Mercredi, lors d’une réunion en visioconférence des ministres de la Défense de l’Otan -dont Ankara et Paris sont membres-, la France avait reproché à la Turquie son comportement «extrêmement agressif» contre l’une de ses frégates en Méditerranée et martelé que l’implication d’Ankara sapait tout effort de trêve en Libye.

Source : Lefigaro