Spread the love
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Pour justifier ce refus, le FMI a rappelé que le gouvernement vénézuélien n’était pas «reconnu officiellement par la communauté internationale». Caracas réclamait cette enveloppe pour lutter contre l’épidémie de Covid-19

Le Fonds monétaire international (FMI) a rejeté mardi une demande d’aide de 5 milliards de dollars réclamée par le président du Venezuela Nicolas Maduro afin de lutter contre l’épidémie de nouveau coronavirus dans son pays.

Lire encore: Coronavirus: les mesures de confinement et préventives se multiplient à travers le monde

«Malheureusement, le Fonds n’est pas en mesure de prendre en considération cette demande», a déclaré un porte-parole, dans un communiqué. L’action du FMI est «fondée sur une reconnaissance officielle du gouvernement par la communauté internationale (…) Il n’y a pas de reconnaissance claire à ce stade» en ce qui concerne le Venezuela, a expliqué ce porte-parole. Pour Nicolas Maduro, qui vilipende régulièrement le FMI, l’enveloppe qu’il réclamait devait permettre de «contribuer significativement au renforcement de nos systèmes de détection et de réponse» au coronavirus.

Pour l’heure, le Venezuela a recensé 36 cas de nouveau coronavirus et aucun décès dû à la maladie Covid-19.

Le confinement quasi total de tous les Vénézuéliens

Avec la crise que traverse le pays aux plus grandes réserves de pétrole au monde, le système de santé est à genoux. Les hôpitaux sont vétustes, mal équipés et parfois insalubres. «Le système de santé n’est absolument pas capable de faire face» en temps normal, a récemment dit à l’Agence France-presse (AFP) l’ancien ministre de la santé, José Felix Oletta. «Et encore moins dans une urgence» comme celle du coronavirus, a-t-il ajouté.

Pour tenter de freiner la propagation du virus, Nicolas Maduro a ordonné le confinement quasi total de tous les Vénézuéliens à partir de mardi. Les vols de et vers l’étranger ont presque tous été suspendus, les écoles ont fermé leurs portes et les rassemblements de grande ampleur sont interdits.

Lire aussi: «Au Venezuela, l’instinct de survie a remplacé le choix politique»

Les relations du Venezuela avec le FMI, dont le siège est à Washington, sont pour le moins compliquées. Nicolas Maduro a ainsi à plusieurs reprises critiqué le «modèle néolibéral» que le FMI tenterait, selon lui, d’imposer en Amérique latine. La dernière aide du FMI au Venezuela remonte à 2001 et la dernière visite de sa commission technique à 2004.