Spread the love
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’«invasion» d’une poignée de combattants au Venezuela serait le fruit d’un contrat signé entre des membres de l’opposition et la société Silvercorp. Le Washington Post a publié le document, qu’il affirme avoir obtenu de l’opposition.

Des membres de l’opposition vénézuélienne très proches de Juan Guaido – le président autoproclamé du pays qui bénéficie du soutien des Occidentaux – ont négocié en octobre dernier un accord avec une petite société de sécurité de Floride, Silvercorp USA, pour qu’elle mène dans le pays une opération visant à chasser du pouvoir le président Nicolas Maduro. Une information confirmée – et assumée – par l’un des signataires de ce contrat, Juan José Rendon, chef du comité stratégique de Guaido basé à Miami, qui a toutefois assuré qu’il n’avait pas donné suite à l’opération. Le Washington Post a publié ce 7 mai un document sous forme scannée qui reproduirait ce contrat expurgé de certaines parties, dans lequel est fait état d’un accord de près de 213 millions de dollars entre l’entreprise américaine et les signataires pour ce projet de renversement politique. D’après le journal, les termes généraux de l’«accord de service» ont été rédigés par le directeur de Silvercorp, Jordan Goudreau, qui a publiquement revendiqué l’organisation de l’opération. «Ce document a été fourni par des responsables de l’opposition vénézuélienne à la condition que l’une des pièces jointes soit expurgée», précise le quotidien américain.

Le document est on ne peut plus clair quant à la finalité de l’opération : les deux parties prenantes devaient collaborer dans «la planification et l’exécution d’une opération pour capturer / détenir / renverser Nicolas Maduro, renverser le régime actuel et installer le président reconnu Juan Guaido». Un projet qui corrobore les aveux des deux Américains, Luke Denman et Airan Berry, arrêtés le 4 mai, qui ont expliqué, dans un interrogatoire dont des images ont été diffusées par la télévision publique vénézuélienne, qu’ils avaient été chargés par Silvercorp de prendre le contrôle de l’aéroport de la capitale, Caracas, dans le but d’en exfiltrer Nicolas Maduro.

Pour rappel, les autorités vénézuéliennes ont arrêté sur leur sol plus d’une douzaine de personnes depuis le 3 mai, dont deux ressortissants américains travaillant pour la société de sécurité Silvercorp USA, qu’elles accusent d’une opération d’incursion destinée à renverser Nicolas Maduro. Le président vénézuélien, dénonçant une «invasion de mercenaires», avait à cette occasion lui-même évoqué le contrat, accusant Juan Guaido d’en être partie prenante. Si la signature de Juan Guaido n’apparaît pas dans le document publié par le Washington Post, Nicolas Maduro avait révélé un autre document en rapport avec ce contrat, sur lequel le président autoproclamé aurait apposé sa signature. Patricia Poleo, une journaliste qui affiche pourtant son opposition au gouvernement vénézuélien et qui a été la première à interviewer Jordan Goudreau, dès le 4 mai, a d’ailleurs publié ce document, qui s’étend sur huit pages.

Lire la suite de l’article sur : https://francais.rt.com/international/74944-venezuela-contrat-qui-a-conduit-invasion-mercenaires-revele-washington-post