Spread the love
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Le triangle rouge représente le lieu des incendies, l’heure est en UTC. Le rejet utilisé a été évalué par modélisation inverse (exploitation des mesures disponibles) sur la période du 3 au 12 avril 2020, la simulation de la dispersion des masses d’air se poursuit jusqu’au 14 avril 2020.

Depuis la parution de la note d’information de l’IRSN du 7 avril 2020, les incendies en Ukraine se sont étendus jusqu’à atteindre l’environnement proche de la centrale de Tchernobyl. Selon les autorités ukrainiennes, ces incendies seraient désormais sous contrôle. L’IRSN publie une nouvelle note d’information qui fournit une évaluation des impacts radiologiques possibles pour les intervenants ainsi que pour les habitants de Kiev. Elle fait aussi le point sur les niveaux d’activités dans l’air susceptibles d’être détectés en France en raison du transport de masses d’air contaminées par ces incendies.

L’IRSN a fait une estimation par modélisation de la radioactivité remobilisée par les incendies. Ces simulations indiquent que les masses d’air provenant de la zone des incendies qui se sont produits les 5 et 6 avril ont pu atteindre la France à partir de la soirée du 7 avril 2020. Au 14 avril 2020, ces masses d’air recouvraient encore la moitié du territoire. Les niveaux de radioactivité attendus en France sont extrêmement faibles.

Les rejets survenus entre le 9 et le 11 avril 2020 sont les plus significatifs d’après la modélisation. Les conditions météorologiques qui ont prévalu jusqu’au 14 avril ont favorisé le transport des masses d’air provenant de la zone de ces rejets vers la Biélorussie, le sud de l’Ukraine, l’est de la Roumanie et de la Bulgarie. Elles ne sont pas parvenues jusqu’en France à ce jour.

Source Irsn