Spread the love
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Alors que le coronavirus continue de faire des victimes, nous allons nous pencher ce matin sur ses conséquences diplomatiques, politiques, sociales en Chine.

En interne, le régime chinois essaye de faire face, et de répondre aux critiques disant qu’il avait réagi trop tardivement. Cette semaine, on a appris que la Session plénière annuelle du Parlement devrait être annulée, certains dirigeants des régions les plus touchées ont été remplacés.

Autant de décisions censées convaincre l’opinion que les autorités centrales sont désormais entièrement concentrées sur ce défi.

Sur le plan extérieur aussi la tension monte, notamment avec Washington, autour de l’expulsion de journalistes du Wall Street Journal suite à une tribune sur la crise sanitaire jugée « raciste » par Pékin. Une décision qui fait suite à celle prise par l’administration américaine contre plusieurs médias chinois basés aux Etats-Unis et désormais considérés comme des « organes de propagande ».

Jusqu’où le Parti communiste chinois pourrait-il être fragilisé par la crise sanitaire qui se diffuse dans les champs politiques, économiques, sociaux, diplomatiques ? En quoi remet-elle en cause le contrat social actuel entre l’Etat et ses citoyens ? Xi Jinping – présenté parfois comme « le Nouveau Timonier » tant il a concentré les pouvoirs – pourrait-il se voir remis en cause à l’intérieur même du Parti ?

« En Chine, il y a à la fois beaucoup plus de censure, et beaucoup plus de libertés sur les réseaux sociaux. »Jean-Louis Rocca 

Source