Spread the love
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Depuis plus de 20 ans, nous avons assisté, comme médusés, à l’essor de l’Asie et notamment de la Chine. A ce jour, il n’est pas impossible qu’en 2049 le centième anniversaire de la République Populaire de Chine rime avec son accession au leadership mondial. Pas dans tous les secteurs mais au moins dans celui de l’électronique, des batteries pour automobiles et de la téléphonie. Plusieurs études du FMI convergent pour indiquer que la Chine sera le premier PIB mondial en 2049. Nicolas Baverez, dans ” L’alerte démocratique ” souligne les risques de l’isolationnisme durable des États-Unis.

Or voilà la question du coronavirus qui est un ” game changer ” comme l’a dit le ministre Bruno Le Maire toujours aussi friand d’anglicisme plutôt que d’actions tangibles. ” That’s the way I am, you understand ? ” sera probablement sa future saillie toujours aussi infertile.

Sur le fond, une vraie question géopolitique doit être posée : le monde, depuis 20 ans voyait son centre de gravité glisser vers l’Asie triomphante. Avec ce virus, sommes-nous à un simple palier ou à une remise en cause des forces motrices de la mondialisation ?

Lire la suite