Spread the love
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Kim Jong-un serait « vivant et en bonne santé » : c’est ce qu’a affirmé hier le conseiller spécial à la sécurité nationale du président sud-coréen Moon Jae-in. Cette déclaration intervient alors que des rumeurs sur l’état de santé du dirigeant nord-coréen circulent depuis plusieurs jours.

Ces hypothèses se sont intensifiées alors que Kim Jong-un n’est pas apparu en public depuis le 11 avril, et a notamment manqué le « Jour du Soleil » qui commémore l’anniversaire de Kim Il-sung, fondateur du régime.  

Que savons-nous de l’état de santé de Kim Jong-un et comment expliquer ces rumeurs ? Pour nous en parler, nous recevons Antoine Bondaz, chercheur à la Fondation pour la Recherche Stratégique, enseignant à Sciences-Po, et co-auteur de « Corée du Nord : plongée au cœur d’un État totalitaire », publié aux éditions du Chêne.

Que sait-on au sujet de Kim Jong-un ? 

On ne sait pas grand-chose, on sait juste que le 15 avril dernier, il n’a pas participé à un évènement majeur, le jour du Soleil qui célèbre l’anniversaire de son grand-père et fondateur du régime Kim Il-sung. Or, lorsqu’un dirigeant ne participe pas à un événement majeur, de nombreuses questions se posent. Antoine Bondaz

La dernière fois qu’un dirigeant n’a pas participé à un événement majeur , ce fut en septembre 2008 lorsque au cours de l’anniversaire de la République populaire et démocratique de Corée, son père Kim Jong-il n’était pas présent aux festivités car il avait eu un AVC.”

” Son obésité peut avoir un impact sur sa santé. Pour ce qui est de son état de santé réel, nous n’en savons peu. Nous savons en revanche que son train a été aperçu à Wonsan, station balnéaire sur les bords de la mer du Japon. Et la rumeur est qu’il pourrait se trouver dans cette ville.” 

Une discrétion qui interroge 

Ces derniers jours, il aurait signé des documents. Le message que nous donne les médias nord-coréens est qu’il n’est pas mort ni en incapacité de gouverner. Antoine Bondaz

Kim Jong-un peut avoir un intérêt à se montrer plus discret et à étudier ce qui se passe dans la région, en Chine et en Corée du Sud pour obtenir des informations intéressantes si jamais les pays de la région faisaient des annonces pour activer des plans de contingence.” 

Vous pouvez (ré)écouter l’interview en intégralité en cliquant sur le player en haut à gauche de cette page.

Source France Culture